Rêveries

Forteresses volantes

Au sortir d’un bois touffu et sombre où j’avais couru plusieurs longues minutes je découvris avec surprise à travers les cimes d’un groupe de vieux chênes qui escortaient courtoisement la route sur un coude avant la plaine…

(Cliquez sur le titre ou l’image pour lire la suite du billet)

Évaluez ceci :

Publicités