Rêveries

Quitter la Chine, il y a trois ans

Comme toujours, ce départ est une course. Didi, mon petit frère adoptif jusqu’à aujourd’hui, m’accompagne jusqu’à l’arrêt du bus 99, sur la route en serpent de la colline Cai. Nous ne parlons pas beaucoup, évidemment.

(cliquer sur le titre ou sur l’image pour lire la suite de l’article)

Évaluez ceci :

Publicités