Rêveries·Vie en Chine

30 janvier 2013, couchant à Amoy, Chine du Sud

Etre là, sur une plage, au bout du monde, à observer le ressac remuer sans fin de petits galets innombrables, assis sur le sable encore tiède alors que le jour baisse. Devant moi la mer de Chine du Sud, parcourue de sampans, de cargo et de tankers, dont les silhouettes noires se découpent et se… Lire la suite 30 janvier 2013, couchant à Amoy, Chine du Sud

Évaluez ceci :

Rêveries

Chaque jour le ciel étale comme sur une toile neuve ses couleurs immenses, toujours les mêmes, mais dans des combinaisons et des formes jamais identiques, et dont les vastes mouvements enjambent les continents, couvrant les espaces sans fin. Il ne se soucie pas d’éviter les répétitions, car il a l’infini du temps devant lui, et… Lire la suite

Évaluez ceci :

Le monde change·Rêveries·Vie en Chine

La promenade du West Bund

Lorsque je suis revenu à Shanghai, il y a trois ans, après tout juste un an d’absence entre le rocher de Formose, où je me sentais vraiment au bout du monde, et ma Touraine natale, une autre forme de bout du monde, j’ai découvert par une fin d’août aux longs après-midi écrasants de chaleur la promenade du West Bund.

(Cliquer sur le titre ou l’image pour lire la suite)

Évaluez ceci :

Rêveries

Mon ami Berlioz

Cette pousse de farigoule est mélomane. Elle se tourne de toutes ses feuilles vers la fenêtre toujours musicale du voisin. Pour ce trait de caractère, et en raison de sa coiffure fantastique, je l’ai donc baptisée Hector. La ressemblance est frappante, avouons le. Und wenn ich ein Deutscher wäre würde ich es sicher Beethoven ernnenen.

Évaluez ceci :